amaz

Greenpeace image

Les inondations records du fleuve Madeira mène à la réflexion sur les barrages hydroélectriques de l'Amazone

 

"Le phénomène climatique andin est considéré comme le principal facteur de l'isolement d'Acre et des inondations à Porto Velho, la situation s’est aggravée par Santo Antônio et Jirau", disent les chercheurs. Pas seulement, pour le phénomène de la sécheresse aussi chaque année plus intense.

Trechovazoreduzida

 

Manaus - La grande quantité de pluie qui provoque le débordement historique du fleuve Madeira dans le Rondônia, Acre et d'Amazonas, au nord, est causée par le même phénomène qui a causé le manque de pluie dans les régions du Centre et du Sud-Est du pays. Appelé bolivien haut, est un épisode de temps d'été typique, qui est observé à des niveaux élevés de l'atmosphère, à environ 12 km de hauteur. Ceci est considéré comme le principal facteur derrière le flot sans précédent de Wood River, près de 20 mètres, mais il considère également que le nouveau barrage construit autour de Porto Velho de la centrales hydroélectriques jouent le rôle d'aggraver considérablement la situation.

Les météorologues Fábio Rocha et Ariane Frassoni, du Centre de prévision météo et études climatologiques (Ceptec), l'Institut national de recherche spatiale (INPE), ont déclaré que le phénomène s'est déplacé vers l'ouest, provoquant des vents à des niveaux élevés de l'atmosphère ce qui contribue à la survenance de grandes quantités de pluie, principalement en Bolivie, une région fortement touchée. A savoir que les rivières Beni, nées en Bolivie et de Madre de Dios, au Pérou, sont les principaux affluents de la Madeira.

Les débordements en effet devraient continuer plus longtemps, mais il y a des indications que la fin approche dans certaines zones affectées. "La rivière Madeira présente une stabilité significative d'un retour à la normale pour le futur. Cependant la situation d'urgence doit se poursuivre jusqu'à la fin de Avril pour les municipalités de Porto Velho (RO) et Humaita (AM) ", a déclaré le directeur de la Commission géologique du Brésil (CPRM) en Amazonie, Marco Antonio Oliveira. La CPRM a des stations de surveillance hydrologique dans différentes parties de la région amazonienne, y compris Madeira.

Entre la fin de l'année dernière et cette première moitié de 2014, le niveau de la rivière qui coupe Rondônia atteint des sommets, causant des dommages aux populations urbaines et côtières, déplaçant des milliers de familles, jusqu'à interdire les routes, l'isolement des communautés, provoquant des pénuries dans les villes et plus Récemment, les maladies transmises semble-t-il par l'eau contaminée, comme la diarrhée et la leptospirose.  Durant les derniers jours, a été identifié une suspicion de choléra à Porto Velho, capitale de Rondonia. La Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz) étudie les bactéries pour attester que c'est le type de facteur qui transmet le choléra.

Le ministère national de l'intégration a alloué plus de 12 millions d'euros, jusqu'à présent, pour les États d'Acre, Amazonas, Pará et Rondônia. L'application est d'aider les actions d'urgence des personnes touchées par les inondations (consultez le tableau avec les valeurs attribuées à chaque État et les villes, envoyé par le bureau du ministère de l'Intégration nationale de presse)

Comme le déclare Oliveira, le volume d'eau de la rivière Madeira, autour de 60.000m3 / s, a entraîné une hausse du niveau du fleuve Amazone en dessous de l'embouchure de la Madeira, à Itacoatiara (AM), 176 km de Manaus.

Cette augmentation est cyclique, selon Oliveira. Une fois que la rivière Madeira retourne à la normalité, l'Amazone va aussi souffrir de cet effet. "Il faut considérer que le pic de hausse est maintenant au maximum et il faut savoir que le fleuve Amazone seulement retournera à la normale qu'en Juin," a-t-il dit.

Réévaluation de modèle hydro

Inondations madeira

 

L'aggravation des conséquences de Madeira a également été attribuée à deux barrages de Jirau, et l'usine de Santo Antônio en Rondônia, en raison de la force de l'eau libérée par les réservoirs et les inondations affectant les communautés mais aussi les villes à proximité. Les sociétés de ces barrages nient bien sûr toute responsabilité.

Selon Oliveira, les barrages de Jirau et San Antonio a eu peu d'influence dans les zones touchées par les inondations. Il a dit que la méthode de construction de  l'écoulement permet le passage continu de la rivière, sans le réservoir qui accumule l'eau comme beaucoup pourrait le penser. Le résultat est une zone d'inondation inférieure. Mais il avertit cependant de la nécessité à repenser le modèle d'énergie hydroélectrique dans la région de la plaine Madère suite à ces problèmes dans la région.

"Nous devons revoir ce modèle pour l'Amazone, parce que même si il y a un impact moindre sur l'environnement en raison de la zone inondée en dessous des réservoirs il doivent être construits d'une manière classique, comme dans le cas de l'hydroélectrique de Tucuruí (PA) - Il n'est pas possible d'ajuster les débits. C'est à dire, un événement de grande ampleur comme ce plein en 2014, il n'y a pas de rétention d'eau par les plantes, ce qui pourrait avoir minimisé les effets de bonde naturelle. En dehors de la plus faible production d'électricité le pic d'eau, pourrait être deux fois généré", at-il dit. En dehors de Santo Antônio et Jirau Amazon coexiste avec la construction de Belo Monte, Altamira, Pará, et le gouvernement fédéral envisage d'autres plantes, en particulier dans la rivière Tapajós, mais également dans le Pará, une autre formation de l’important bassin de l'Amazone.

Donner la responsabilité aux plantes en plaine aggrave le problème non seulement par les personnes touchées mais aussi les mouvements sociaux qui critiquent ouvertement une destruction environnementale de l'échosystème. Le Ministère public fédéral de Rondônia a déposé une plainte impliquant la responsabilité des plantations de la région. 
Confirmé par la Cour fédérale qui a ordonné aux entreprises de Santo Antônio Energia (SAE) et Usina Santo Antonio de l'énergie durable du Brésil, responsables de Jirau de répondre aux besoins des populations touchées, mais aussi de refaire un rapport d'étude d'impact environnemental / impact sur ​​l'environnement (EIA / RIMA).

La semaine dernière, la Cour fédérale a confirmé la condamnation des entreprises impliquées, mais a donné une date limite pour elles de se manifester avant le processus du jugement définitif.

Les chercheurs qui étudient les barrages et les impacts sont contestés également par les usines qui ont des parcelles dans les zones affectées de Madère. Philip Fearnside biologiste et éco Institut national de recherche amazonienne (INPA), dont le siège est à Manaus, est précisément l'un d'entre eux. 
Considéré comme l'un des scientifiques les plus importants du monde, Fearnside était conseils techniques de consultant sur ​​l'EIA / RIMA Santo Antônio et Loft à la poursuite de Rondônia et déjà alerté au moment des impacts environnementaux graves des barrages.

Dans une interview avec réel Amazonie, Manaus, Fearnside a déclaré que la hausse des niveaux d'eau dans les réservoirs de hydroélectrique de Santo Antônio et Jirau a peut-être contribué à l'aggravation des inondations et de l'érosion des berges de la rivière Madeira dans la ville de Porto Velho.

"Le volume entrant et sortant du lac de Saint-Antoine devrait être plus ou moins en équilibre aujourd'hui. L'inondation au Vieux-Port augmenterait si l'abaissement du niveau dans le réservoir, en libérant plus d'eau en aval (après). Ce qui a un impact clair sur Porto Velho est l'érosion du bord, qui serait augmentée en changeant les rapides en aval du barrage de Saint-Antoine et la vitesse croissante de l'eau dans le tronçon en face de la ville ", dit Fearnside.

Rio Negro

Le régime hydrologique de l'Amazonie possède un «scénario» spécifique pour chaque bassin. Chacun a une rivière différente du mois de pointe. A Manaus, le Rio Negro atteint son plus haut niveau, généralement en Juin (dans quelques années exceptionnelles, cela se produit en mai. C'était en 2012, l'année de la plus grande inondation depuis plus de 100 ans).

Selon la CPRM, la situation est «normale» pour les autres bassins. Plein Black River en 2014 devrait atteindre des niveaux compris entre 28,79 m et 29,49 m. Ce sera probablement un peu moins de la crue de 2013.

Le mois dernier, l'INPA a publié une déclaration indiquant que la crue de la rivière Negro est "bien marquée", elle peut être comprise entre 28,64 mètres et 29,24 mètres. L'information a été basée sur des études du chercheur Jochen Schongart, qui a développé un nouveau modèle mathématique pour prédire le niveau maximal du bassin d'inondation. Il a souligné que le sommet atteint aura lieu dans la deuxième quinzaine de Juin, en pleine réalisation des matchs de la Coupe du Monde 2014. Ce qui pourrait être catastrophique pour cet événement international.

La crue la plus fréquente de la rivière Noire depuis plus de 100 ans enregistrée dans la ville de Manaus a eu lieu en 2012, lorsque le niveau atteint 29,97 mètres. Le fleuve Solimões a également battu des records, provoquant des inondations dans les communautés rurales et urbaines et des ravages dans l'agriculture et de l'élevage dans cette région. Deux ans plus tôt, les bassins de la rivière Negro et Solimões ont atteint sa pire sécheresse depuis plus de 100 ans... Ceci semble à nouveau se confirmer cette année.

Jochen Schongart cours des 25 dernières années il y a eu une tendance à l'augmentation des inondations et diminution par la sécheresse dans la région. Ce sont les extrêmes qui ont tendance à être plus grave, elle est prédite par les modèles climatiques utilisés par le Groupe d'experts intergouvernemental sur les changements climatiques et 2013.

traduction: (Source avec Elaíze Farias, pour la RBA)