Azna

L'anniversaire De Charles Aznavour par Dédé de Montreuil

 

Salut M'ssieurs-Dames,

Alphonse Allais a écrit un jour " ne me demandez pas mon âge, il change tout le temps ". Cette réplique pourrait s'appliquer à Charles Aznavour qui a déclaré récemment : " j'ai décidé de ne plus fêter mon anniversaire avant 100 ans ".

Raymond Devos, à l'occasion de ses soixante dix ans s'était fendu d'un : " fini les anniversaires : j'arrête définitivement de vieillir ! "

Sacré trio.

Ok, Charles, on ne va pas vous pister pour vous apporter un Daring Bakers avec 90 bougies, tel l'entarteur planqué dans les allées du festival de Cannes et s'apprêtant à perpétuer ses horribles forfaits ( si vous voulez savoir le nom de la prochaine victime, vous pouvez m'inviter chez Ducasse ).

Non, je voulais tout simplement profiter de ce non-événement pour vous dire qu'on pense à vous et qu'on vous aime.

Charles a tenu son premier rôle au cinéma dans un film de Jean-Pierre Mocky, il tiendra bientôt son dernier rôle au cinéma dans un film de Mocky, c'est normal ... ce sont deux grandes pointures.

Dd et charles1

photo fournie par Dédé

J'ai rencontré Charles Aznavour sur le tournage du film «Ennemis  Publics « où il tenait le rôle d'un vieil arabe.  Sur le tournage, Charles a montré de suite, son respect  envers les réalisateurs et toute l'équipe du  film : toujours à l'heure, toujours disponible,  toujours souriant, toujours à l'écoute, toujours, toujours, et toujours (  ce pourrait être le titre d'une chanson ).

Pour la promotion du film dont j'étais chargé du développement, je lui ai demandé si je pouvais l'interviewer, de suite il me dit: "quand vous voulez à mon bureau". J'organisais aussitôt ce grand rendez-vous avec caméraman, photographe, maquilleuse et ma pomme. Je n'oublierai jamais cet échange et cette complicité entre nous. Parlant de la banlieue, de la langue française de nos origines, etc.. l' interview que vous allez découvrir est le message d'un dernier Grand...

A la fin de cette séance, je lui ai proposé de l'inviter au Festival de Cannes pour présenter la bande-annonce du film,  il me donna son accord et me glissa qu'il allait fêter ses 81 ans ce jour-là. Ce n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd ni d'un muet! j'intervenais auprès de Bernard Brochand, Maire de Cannes, pour savoir s'il  accepterait de rendre hommage à Charles, en lui remettant les clés de la ville. Monsieur Brochand fit mieux, il lui remit la Palme d'Or de la Ville et le nomma Citoyen d'Honneur !

Une grande fête à la Villa Domergue, lieu de réception prestigieux de la Ville de Cannes a été organisé. J'en profitais pour inviter les médias, le CNC, le milieu du cinéma présent au Festival, les acteurs, les sponsors, les notables de la Ville et la Communauté arménienne très représentée à Cannes.

Charles était enchanté et me remercia chaleureusement, grâce à cette belle fête, il avait retrouvé des cousins et amis arméniens de sa jeunesse. Il était très troublé et ému. J'avais compris ce jour-là la fraternité qui liait les arméniens entre-eux.

Mais j'avais encore des surprises pour Charles afin de clôturer son anniversaire en fanfare. J'ai sollicité, auprès de Monsieur Gilles Jacob Président du Festival de Cannes, la Montée des Marches avec Charles et toute l'équipe du film. M. Jacob m'autorisa même à venir en Cadillac (mon partenaire), en bas des Marches, alors que Renault était le Partenaire Officiel du Festival. Le service communication de Renault était furieux. Mais ils avaient simplement oublié que Cadillac et Corvette étaient les voitures du film. J'ai osé et j'ai gagné...

Dd et charles 2

photo fournie par Dédé

3 et deux, ça fait 5

Attendez, ce n'est pas fini!!!  j'ai demandé à Michel Denisot s'il voulait bien recevoir en " Guest " Charles et les deux réalisateurs, pour parler du film en direct dans Le Grand Journal. J'organisais une surprise pour Charles, faire chanter en rap «La bohème » par les rappeurs de Barbès la « Scred Connexion». Charles versa une larme...

Lettre de la Scred Connexion

On en reparlera en 2024, ne serait-ce que pour faire mentir le dicton : " ce sont les meilleurs qui partent les premiers ".