Bertrand DUPONT

l' Interview...

Le vécu au quotidien d’un chef d’entreprise français installé à São Paulo. Ses expériences au Brésil sont riches d’enseignement.

bertrand-dupont.jpg

 

Pouvez-vous présenter une courte biographie ?

 Originaire de Rennes,

 Etudes, Ecole supérieure de commerce IPAG Paris

 Formation. Business School

 Quand êtes-vous arrivé au Brésil ?

Cela fait 17 ans que je suis en Amérique du Sud tout d’abord en Argentine puis depuis 2004 de façon permanente au Brésil.

Pourquoi ce choix de venir travailler à São Paulo ?

Mes activités de consultant en fusion acquisition, funding et implantation, que je pratique depuis 15 ans, m’ont amené à m’installer au Brésil et quoi de plus naturel que de choisir São Paulo, coeur économique de l ‘Amérique du Sud comme base.

Avez-vous rencontré des problèmes pour vous installer ?

Le Brésil est avant tout un pays de réseaux. Réseaux relationnels, économiques, politiques et institutionnels.

J’ai eu la chance de m’adosser à de bons partenaires locaux qui m’ont ouvert les portes. Avec plus de 45 opérations à mon actif le background aide beaucoup.

Comment vivez-vous au quotidien votre statut d’expatrié ?

Le Brésil est un pays extrêmement accueillant. Les gens sont chaleureux et se préoccupent de votre bonne intégration. C’est aussi un pays et un continent complètement différent d’il y a 17 ans. Ici il faut faire ses preuves personnes ne vous attend.

Quand à la vie quotidienne, São Paulo est une mégapole avec une forte vie culturelle, d’excellentes options gastronomiques, des projets dans tous les sens et travailler avec des gens qui sont en général toujours positifs cela change tout.

Il  y a beaucoup de compatriotes, ce qui permets de garder une ambiance “maison“. Ma compagne est brésilienne et sa joie de vivre me permet de me sentir heureux dans cette nouvelle maison.

 

Depuis quelle date avez-vous créé votre propre entreprise à São Paulo ?

Ma société de consulting en M&A, Sudamérica Consulting, a été créée en 2005 et je viens de lancer une société d’Intelligence économique, Alizarine Intelligence,  avec des partenaires locaux et des professionnels français installés depuis très longtemps ici.

Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs le rôle de votre entreprise ?

Aujourd’hui nous vivons dans un monde ou l’information afflue de toute part. Prendre de bonnes décision nécessite obtenir et analyser cette information rapidement afin de toujours être en avance sur son marché.

Hors, le surplus d’information tue l’information clef nécessaire aux directions générales des entreprises.

Le concept d’intelligence économique (IE) est né de cette problématique obtenir la bonne information, au bon moment, à la bonne personne.

L’IE est très développée en Europe et Etats Unis mais quasi inexistante au Brésil.

Notre société, Alizarine Intelligence, répond à ce besoin indispensable aux entreprises en proposant des systèmes de IE permettant de monitorer les actualités, ses concurrents, ses clients, les tendances du marché ainsi que de valider son E-réputation en analysant les informations des réseaux sociaux.

Notre service est principalement destiné aux PME quelque soit leur taille.

Nous leur sélectionnons les informations pertinentes indispensables à leur gestion, les qualifions et permettons une lisibilité détaillée et globale de leur environnement économique.

Notre plateforme de IE est certainement la plus complète disponible sur le marché brésilien et se repose sur une base de donnée interne de plus de 45 Millions de sources dans le monde entier.

Ainsi, nos clients gagnent un temps précieux, obtiennent des informations pertinentes et surtout sont à la pointe de leur marché.

Notre stratégie est de pouvoir mettre à disponibilité cet outil au plus grand nombre d’entreprise brésiliennes leur donnant ainsi les mêmes armes, tant sur leur marché domestique qu’ à l’international,  que leurs collègues européens ou américains.

Quel regard portez-vous sur l’économie brésilienne ? Et celui des entreprises du pays ?

Très contrasté !!!!

On présente toujours le Brésil comme le futur géant, l’eldorado, le pays avec un énorme potentiel mais attention la photo est loin d’être si rose que cela.

Le Brésil manque cruellement d’une politique globale ambitieuse et planifiée sur le long terme. Certes la pauvreté a baissée, certes cela va mieux qu’en Europe, certes le potentiel est là mais n’oublions pas que la croissance du PIB est la plus faible des BRICS et que la Présidence brésilienne doit réinventer un nouveau modèle économique car l’actuel s’essouffle dangereusement et la compétitivité aussi.

C’est un pays difficile, extrêmement complexe et compliqué mais pas seulement sur le point de vue fiscal. Ce n’est pas le Brésil ce sont les Brésils.

On ne vient pas ici faire des expériences ou tenter le terrain. On vient ou on ne vient pas et si l’on vient il faut y mettre les moyens financiers et humains. Cela coûte cher mais bien fait, cela rapporte gros.

Ici nous avons de vrais entrepreneurs, compétents, inventifs et ambitieux. Ils ont construits de grands groupes, dont certains sont aux premières places mondiales, il y a aussi de nombreuses grosses PME qui sont en phase d’internationalisation, elles en ont les moyens.

Ils aiment créer des partenariats ces fameuses “parcerias“, mais attention ! Les différences culturelles sont toujours sous estimées par les européens.

Êtes-vous confronté à plus de réactivité, de flexibilité dans vos négociations et le traitement de vos affaires avec les entreprises brésiliennes ?

Oui très clairement. Les grosses PME brésiliennes et grands groupes sont extrêmement déterminés. Ils prennent le temps de l’analyse mais après cela ils vont très vite.

Ils apprennent vite et s’adaptent vite malgré les difficultés locales.

Le cliché qui dit que les entrepreneurs brésiliens ne disent jamais non et disparaissent après le premier contact est exact mais s’ils sont réellement intéressés et décident de donner suite, ils sont très forts.

Quel conseil donneriez-vous à nos compatriotes qui souhaitent à cause de la “crise“ venir travailler ou s’installer, mais aussi créer une entreprise ici au Brésil ?

Ce sont deux problématiques bien différentes.....

A ceux qui veulent venir travailler ou s’installer je leur dirais que les opportunités existent mais que personne ne les attend. Il y a un manque de main d’oeuvre qualifiée au brésil c’est un fait, mais croire que l’on vous attends est une erreur. Il faut aussi impérativement parler le portugais. Des gens affluent du monde entier avec la crise pensant qu’ils trouveront immédiatement du travail c’est loin d’être juste et c’est aussi un effet de mode.

A ceux qui veulent créer une entreprise je répète que le Brésil est un pays difficile, complexe et que l’on investie pas à moitié ici. Il faut y mettre des moyens compatibles avec un pays continental. Ce n’est vraiment pas un pays pour tous !!!!!

A l’inverse, quel conseil donneriez-vous aux brésiliens qui souhaitent s’installer en France ?

Les brésiliens adorent les français et l’inverse est valide aussi.

Il existe nombre de programme de 3 ème cycle ouverts aux brésiliens pour étudier en France ainsi que de nombreuses bourses et aides disponibles. Campus France peut les aider ainsi que le consulat de France.

Concernant les entreprises brésiliennes elles ont bien compris que toute crise génère des opportunités. Les opportunités sont nombreuses en France et j’accompagne plusieurs de ces projets. Il existe un partenariat stratégique et affectif entre la France et le Brésil et je connais l’intérêt du gouvernement français à recevoir les investisseurs brésiliens.

Comme partout il est nécessaire d’être bien conseillé, c’est d’ailleurs pour cela que l’on fait du conseil.

Pouvez-vous citer les avantages mais aussi les inconvénients d’un expatrié français au Brésil ?

La France bénéficie d’un rayonnement historique au Brésil. Être français est un avantage dans un premier temps. Maintenant tout le monde doit faire ses preuves.

Si vous travaillez comme expatrié dans une filiale, votre entreprise vous facilitera les choses mais pour ceux qui comme moi viennent seuls, le Brésil demande un temps d’adaptation important. Tout parait génial au début mais dès que l’on creuse on se confronte une fois de plus à la complexité de ce pays et aux différences culturelles.

Attention aux aspects sécuritaires et de santé. Ils sont exagérés dans la presse mais sont une réalité.

En qualité d’expatrié, avez-vous le sentiment ici au Brésil d’être épaulé ou abandonné par la France ? (Un grand nombre se sent abandonné).

Non c’est faux nous ne sommes pas abandonnés.

C’est un des avantages d’être français. Si vous avez un vrai problème l’Etat français vous aidera. J’en ai fait moi même l’expérience lors de la crise Argentine et là on s’en rend vraiment compte, de ce fait on est encore plus fier d’être français.

Cela donne aussi l’envie de rendre la pareil en aidant son pays comme on le peut.

Le réseau consulaire est excellent et les agents disponibles, le niveau des établissements scolaires français ici est reconnu par tous même s’ils n’arrivent pas aujourd’hui à accueillir tout le monde car la demande est forte mais là encore les français sont prioritaires. La chambre de commerce fait également du bon boulot.

Il existe nombre d’associations pour faciliter l’intégration qui font un travail remarquable, des évènements culturels français constamment

Nous avons également des 3 élus à l’assemblée des français de l’étranger qui font un excellent travail, un député Amérique du Sud - Caraïbes et les français de l’étranger sont représentés par 12 sénateurs au Sénat. Bientôt nous aurons les conseillers consulaires.

On ne vit pas sans fils de sécurité à l’étranger en étant français maintenant il ne faut pas demander à l’Etat de tout faire à notre place non plus.

Qu’est-ce qui vous manque le plus ici au Brésil ?

Mes deux enfants Elisa et Antoine qui vivent en Espagne. C’est dur d’être loin d’eux !!!

Retournez-vous régulièrement en France ?

Maintenant 2 à 3 fois par ans

Quel sentiment éprouvez-vous lors de vos séjours en France ?

Cela fait du bien de retrouver ses racines, ses amis, sa famille les goûts et les couleurs même si la situation économique en France fait mal au coeur.

Sentez-vous un décalage durant votre séjour en France ?

Mis à part parler parfois sans m’en rendre compte en portugais ?

Oui clairement. Lorsque l’on vit à l’étranger la mentalité est autre et l’on relativise certainement plus les problèmes que rencontrent nos compatriotes de métropole car ici on se bat tous les jours sans les commodités et la sécurité qui existent en France et dont les français ne se rendent pas assez compte. Mais on ne va pas se plaindre, c’est notre choix et il offre bien des avantages non?

Propos recueillis par François-Mary Bourreau (pour brasil-infos.com).

* http://alizarine-intelligence.com/

* http://www.sacg.com.br/