dany

Le road trip brésilien de Dany pendant la Coupe du Monde

 

Après avoir annoncé en début d'année sa retraite politique, Daniel Cohn-Bendit sillonnera le Brésil en camping-car en juin, pendant la Coupe du monde, pour tourner Futebol, un documentaire explorant les liens étroits entre démocratie et football. Un périple qu'il relatera aussi au quotidien dans son blog vidéo "Dany's day". Entretien avec un passionné de ballon rond.

 

1133 2 crop huge photo

crop huge photo

 

Quel maillot arborerez-vous lors du Mondial ? Celui de la France, de l'Allemagne ou bien du Brésil ?
Daniel Cohn-Bendit :
 Aucun pour la bonne raison qu’au moment de la Coupe du monde je n'assisterai pas aux matchs au stade mais je serai sur les routes brésiliennes pour tenir mon blog. De toute façon, vous ne me verrez jamais arborer le maillot d'une équipe nationale, même si je suis en général pour la France. Sauf pour cette Coupe, où j’espère que les Brésiliens seront champions du monde.

Quels sont vos rapports avec le football ?
Le foot, c’est ma passion depuis l’âge de 6 ans. En 1984, j'ai voyagé au Brésil alors en pleine transition entre dictature militaire et démocratie. En tant que fan de foot, je me suis rendu un jour à São Paulo pour assister à un match du club des Corinthians. Lors de leur entrée dans le stade, les joueurs portaient une immense banderole avec cette phrase : "Gagner ou perdre, mais toujours avec la démocratie." Ils revendiquaient ainsi la tenue d’élections libres dans leur pays. C'était le capitaine de l’équipe nationale Sócrates qui était à l’origine de cette initiative et j'ai alors noué d’étroits liens d’amitié avec lui.

Que verra-t-on sur votre blog "Dany’s Day" ?
Ce blog sera une sorte de journal intime en ligne dans lequel je ferai une chronique de mon périple de 6 000 kilomètres en camping-car à travers le Brésil. L’occasion de rencontrer des gens très différents et de vivre avec eux la Coupe du monde. Par exemple Afonsinho qui a révolutionné le foot brésilien au début des années 1960 en bravant l’interdiction aux joueurs de porter une barbe émise par la Fédération brésilienne de football. Ou le musicien Gilberto Gil, passionné de ballon rond, qui nous fera visiter Salvador de Bahia. J'y présenterai une vision en contrechamp du Mondial, avec des images illustrant d’autres aspects du Brésil que j’aurai choisies de façon subjective et spontanée, et avec lesquelles nous produirons un court métrage quotidien de trois minutes. Ces séquences serviront ensuite de bande-annonce et de making of à mon documentaire Futebol (voir encadré).

Pourquoi voyager en camping-car ?
J’ai appelé ce véhicule "Sócrates" en hommage à mon ami footballeur disparu en 2011. Il devait mener ce projet à bien avec moi. Nous le ferons décorer avec des scènes de football par un grapheur qui vit dans une favela, nommé Sesh. Ce camping-car de toutes les couleurs devrait attirer les regards…

La Coupe du monde favorise-t-elle la démocratie au Brésil ?
Cela a mal démarré, car l’argent aurait pu être investi ailleurs et qu’une partie de la population sera exclue des matchs. J’ai discuté avec un musicien issu d'une favela, qui m’a dit : "La Coupe ne se déroule pas au Brésil, mais au pays de la Fifa." En effet, le périmètre autour des stades est contrôlé par la Fédération. Les vendeurs ambulants –une institution au Brésil – ne pourront pas, par exemple, s’approcher à moins de trois kilomètres d’un stade. Mais des révoltes ont aussi éclaté, et elles vont dans le sens de la démocratie. Ainsi, à la suite des manifestations de l’an dernier, l’État brésilien a acheté un tiers des billets d’entrée pour la Coupe du monde pour les revendre ensuite aux Brésiliens, à moindre coût, à un prix équivalant à 10 euros.

Quels seront selon vous les enjeux de ce Mondial ? 
La Coupe du monde au Brésil pourrait être l’occasion d’assister à une confrontation entre sport et justice sociale, dans un contexte très différent de celui d’autres événements sportifs comme par exemple les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi. Les footballeurs occupent une place très importante dans la société brésilienne. Lors de la Coupe des confédérations l’an dernier, la grande majorité des membres de l’équipe nationale ont soutenu les manifestants. Il ne s'agit certes que de discours, mais c’est néanmoins un début. Nous verrons maintenant comment les joueurs se comporteront lors du Mondial, et s’il y aura un Brésil uni, ou le "pays de la Fifa" d'un côté et le reste de la population de l'autre.

Diffusé à l'antenne en décembre prochain, le documentaire Futebol sera précédé du blog vidéo "Dany's day" disponible tout au long du Mondial sur info.arte.tv. Du 11 juin au 14 juillet, Daniel Cohn-Bendit y relatera chaque jour, dans un épisode filmé de deux minutes, sa rencontre avec des Brésiliens célèbres ou anonymes, croisés dans les au fil de son odyssée dans ce pays où le football est roi.

 (avec http://arte-magazine.arte.tv/fr)