plfil

"La plume sur le fil"

 

 A cardinali andre cardinali a paris 9 avril 2014 alain elorza

André Cardinali


 

 

Vitoria 16/12/2012
 
Cher Dédé,

A titre personnel, je tiens à te témoigner ma fierté mais aussi ma reconnaissance d’avoir accepté de rejoindre l’équipe de notre rédaction, pour également y apporter ton expérience, fruit d’une longue vie de rencontres passionnantes et d’un parcours professionnel exceptionnel.

Nous somme très fiers de te compter parmi nous pour avoir choisi l’hebdo francophone Brasil-Infos qui est aussi notre « bébé » à tous et d’y publier tes chroniques toutes empreintes de ta chaleureuse humanité pleine d’ouvertures et de bon sens. Demeure pour nous ce « pygmalion" de Montreuil.

Le journal te sait gré pour ta précieuse collaboration, elle admire aussi tout particulièrement en toi cet homme de cœur toujours en mouvement à la créativité débordante, ce fer de lance de la jeunesse et ce découvreur de jeunes talents.

C’est avec joie que je m’associe au nom de notre journal à tes qualités de cœur, de partage, lesquelles sont dans le droit fil l’esprit et la déontologie du journal. C’est la raison pour laquelle nous sommes honorés de ta présence afin que tous ensembles nous allions de l’avant.

Amitiés fidèles

François-Mary Bourreau  www.Brasil-infos.com

 

 

Le journal hebdo francophone Brasil-infos est très heureux d'accueillir dans ses colonnes, la chronique de Dédé de Montreuil avec sa verve toute parisienne laquelle continue de faire son succès et sa notoriété parmi le tout Paris. Nous lui souhaitons chaleureusement la bienvenue au sein de notre rédaction. 

Il aime se définir comme suit :

André Cardinali, dit « Dédé de Montreuil »

Mon destin, hors du commun, me plonge dans toutes les communautés de notre société. Du rade à l'Élysée, mon engagement reste invariable. Ma curiosité, mon audace, mon enthousiasme depuis plus de cinquante ans m'ont fait vivre des histoires que j'ai décidé de raconter et de partager avec vous sur ce blog. Vous verrez, j'en tire des leçons qui ne sont pas apprises à l'école de la République...