MUG

UNE VICTOIRE NATURELLE

 Ecrit par Anaximandro Amorim - Vitória

309966-555346271145086-373547372-n.jpgLa victoire de la MUG (Mocidade Unida da Glória), école de samba de Vila Velha/ES, dans le carnaval capixaba de cette année, a montré encore une fois la passion du brésilien (et surtout du capixaba) par la culture française. La "samba-enredo"  a eu comme titre "Oui Voilà la France! Mocidade singra os mares de Dunkerque. Merci beaucoup!", dont le thème fut, le carnaval dunkerquois. L'école est devenue la grande gagnante, en faisant une présentation impeccable, celle-ci a juste titre obtenu pratiquement tous les points possibles (297,1 sur 300). Un nombre d’environ 80 dunkerquois y ont participé.

J'étais sûr que la MUG serait la grande gagnante du carnaval capixaba. Certes, la France a pu être la grande ennemie du Portugal dans le XIXème siècle, en forçant l'arrivée de la cour de D. Jean VI au Brésil (ce qui fut essentiel pour notre développement culturel, économique et pour l'indépendence politique) mais l'influence française dans les "missions" fut toujours incontestable. Des peintres comme Debret, par exemple, sont restés longtemps dans notre pays. Des artistes, comme Sarah Bernardt; et même l'influence indirecte grâce aux mouvements littéraires ayant écho ici, soit le romantisme ou le réalisme. Tout cela a contribué pour créer une image de luxe et sophistication, mais aussi de culture dans l'imaginaire brésilien.

602958-555346291145084-809398836-n.jpg

Cela ne serait pas différent dans le cas capixaba. Ma mère me raconte que, jadis, on chantait la Marseillaise dans les écoles. Comme dans tous les coins du Brésil, une jeune fille bien élevée devait parler français (et jouer du piano). Certes, avec l'influence des États-Unis à partir la seconde Guerre mondiale, cette habitude s'est un peu perdue au fil des ans, mais l'influence culturelle française reste toujours présente. On étudie toujours le français, même si en tant que deuxième langue étrangère et on se sert des symboles de cette culture pour montrer le chic, le luxueux.

Cela a pu être vu dans la présentation de la MUG. Du parfum français a été jeté au public. Des motifs français ont pu être vus dans les déguisements. Tout cela a bouleversé les spectateurs. En plus, le choix de la ville de Dunkerque n'a pas été fait par hasard, car la ville française de même que la capitale de l'Espírito Santo sont jumelées. De par sa notoriété, le carnaval dunkerquois est l’un des plus importants de l'Europe et ainsi nous avons pu constater d’un véritable échange entre les cultures franco-brésiliennes.

La MUG s'est servie indéniablement des symboles de la culture française pour obtenir sa victoire. Les gens sont restés en bouche bée devant cette superbe présentation. Tout ceci renforce les liens entres les deux pays mais aussi l'imaginaire brésilien en ce qui concerne l’image culturelle et le rayonnement de la France. Une victoire naturelle sans conteste. Une démonstration évidente que les deux cultures sont complémentaires.

Anaximandro Amorim  pour le journal francophone www.brasil-infos.com

simbolo2013menor.png

 

540019-555346294478417-1787298013-n.jpg

 

Photos: Marcos Salles et Fábio Nunes