rost

Affiche 1bis rost

"ET SI ON S'EN SORTAIT ? "

Pour commencer à créer votre page, cliquez ici et entrez votre texte

Présentation détaillée du projet

Depuis une vingtaine d'année, je suis artiste et très engagé sur les questions d’exclusion, des quartiers populaires, des sans abri et les personnes les plus démunies. Ma propre vie qui n'a pas été simple m'a obligé à être extrêmement attentif aux autres. Grâce à ma détermination à fuir la promiscuité, le déterminisme, j'ai toujours trouvé l'énergie nécessaire, quelques soient les difficultés, pour aller au bout de mes combats contre toutes formes d'injustices. C’est d’ailleurs grâce à cette détermination et le soutien d'un nombre important de bénévoles, mon ami Bruno Gaccio, Mathieu Kassovitz et moi même, avons réussi à faire passer le 21 mai dernier cette fameuse loi "contre le gaspillage alimentaire".

Je suis intimement convaincu que chacun d'entre nous peut apporter sa petite pierre à l'édifice pour qu'ensemble, nous fassions bouger les choses, évoluer les mentalités, et faire place à plus de justice sociale afin d'éviter ce sentiment d'exclusion et de rejet qui conduisent parfois certains vers l'obscurantisme.

 

ET SI ON S’EN SORTAIT ?

 

NOUS AVONS BESOIN DE TOUTES LES ÉNERGIES POUR FAIRE AVANCER LES CHOSES".

Quatre potes du quartier décident de s’échapper un peu des murs de béton, de partir en week-end Road Trip en Auvergne avec seulement 25 euros dans les poches. Slam et Dunk (les basketteurs), Denzel (qui se prend pour une star de cinéma), et Boom-Boom au volant, tous à bord d'un van qui part de Belleville et  dévale les routes désertées d'Auvergne. Des personnages hauts en couleurs qui aiment se chambrer à tout va mais qui peu à peu prennent conscience de leur condition sociale.

Boom-Boom profite du voyage pour transporter un paquet pour un caïd du quartier à l'insu de ses potes qui découvriront le subterfuge sur la route.

Les quatre amis remettent en question leur voyage, s’interrogent sur leur environnement, leurs vies.

À la croisée d'une route, ils devront faire un choix décisif pour écrire la suite de leur destinée.

Sommes nous condamné à l'échec ?

 

Et si on (S’)en Sortait…

Cette simple phrase au double sens est lourde de sens. Beaucoup de jeunes de banlieues sont amenés à se poser ces questions un jour ou l’autre. Leurs conditions sociales, leurs lieux de vies, le poids de leur environnement, les ramènent souvent à une généralité : condamnés à l’échec. Or, il n’en est rien. La plupart, au départ, ont des rêves, pour certains réalisables, pour d’autres utopiques, mais ils ont tous à porter de main une même arme, un même levier, le pouvoir de décision. La réalité veut et peu importe le statut social, qu’il soit plus aisé de choisir la voix de la facilité et de ne pas s’en sortir que par la difficulté qu’impose le droit chemin. La jeunesse des quartiers populaires n’échappe pas à cette règle, elle semble même en première ligne mais bien loin des clichés, des codes établis qui veulent qu’un gosse de quartier échappe à toute culture, tout contrôle, que la violence et la délinquance soient ancrées dans ses gènes. Elle n’est certainement pas dénué de conscience, ni d’intelligence. Elle est plutôt dotée d’une certaine finesse souvent masquée par ces extravagances provoquées par le manque de confiance en soi. L’urgence et la rage semblent parfois habiter ces jeunes, mais elles peuvent être également des moteurs nécessaires à l’ambition. Le tout étant de savoir les utiliser au bon moment et à bon escient…

Ce film, sous couvert d’une histoire presque banale pour certains jeunes, montrera également toute la richesse, souvent insoupçonnée, qui les habite. Humour, adaptabilité, réflexions profondes, maniement des mots, oui, la joute verbale est souvent leur meilleure arme avant les poings…flexibilité, sociabilité et tolérance, tels sont les atouts mis en exergue par la réunion des 4 personnages principaux. Ce film a pour but de montrer une certaine réalité, sans l’embellir, ni l’adoucir, mais doit amener à un constat, une réflexion commune et réaliste sur cette jeunesse qui n'est certainement pas,  et quoiqu’en dissent certains… condamnés à l’échec. Notre volonté de voir exister ce film repose également sur la visibilité sociale à travers ce projet.

Thomas Keumurian et moi, n'avons d’autres volontés que de réaliser un film misant sur la notion de bon sens, de réflexion collective et sans prétention aucune, un film intelligent et réaliste en partant du postulat que tous autant que nous sommes, nous ne sommes pas condamné à l’échec et que notre destin repose avant tout sur nous mêmes, le plus souvent sur nos choix, qu’ils soient bons ou mauvais…   

Il ne reste plus que 7 jours pour consulter le site à l’adresse suivante et verser votre aimable participation.

http://www.kisskissbankbank.com/et-si-on-s-en-sortait?ref=recent