Vaneza

Des brésiliens en terre bretonne.

 

Une expérience de vie, à travers le témoignage d'une jeune étudiante brésilienne en Bretagne. Ses découvertes mais aussi les réflexions sur la culture française et celtique. Un texte enrichissant pour le moins instructif qui s'adresse à tous les brésiliens qui s'intéressent à la France. Un grand merci à Vaneza !

Ecrit par Ferreira Sigobine Vaneza. 25/01/2013

centre-de-rennes.jpg

Photo de Ferreira Sigobine Vaneza

Rennes reste ma ville fétiche en Bretagne. Je suis depuis quelques temps dans cette grande ville. J'étais étudiante à l'université de Rennes2, dans le département portugais.

Vous allez vous demander : “pourquoi une brésilienne va jusqu'en Bretagne pour étudier le portugais ?

maison-colombage-classe-e-patrimoine-histo-unesco.jpg C'est tout simplement, ma famille a déménagé en Bretagne. Tout d’abord, ma famille s'est installée dans le département des Côtes D'Armor,  plus précisément à Lannion, qui est une belle et charmante ville embellie par la douceur du fleuve le Léguer. Les rues si petites mais si riches d'histoire nous laisse tous en contemplation par la beauté de cette région. Les plages sont si belle, mais il y a cependant juste un détaille qui nous coupe l'envie de nous baigner : l'eau est très froide. Si on pense qu'au Brésil sur les plages du Nordeste nous retrouvons une eau si chaude et bonne pour se baigner, en Bretagne certain pourrait avoir des grandes surprises. Mais il y a certain téméraires qui se sont néanmoins aventurés dans les eaux bleus turquoises glaciales.

Après avoir découvert la beauté de la Côte, je me suis aventurée vers Rennes pour commencer ma licence en lettre. Rennes a été une nouvelle expérience. Moi qui pensait être la seule brésilienne en Bretagne. J'ai appris l'existence d'autres compatriotes en terre celtique.

 

ferreira-sigobine.jpg

C'est durant ces années de licence, que j'ai connu l'association féminine Brasil no Feminino, c'est une association non lucrative qui vise dans l'intégration des brésiliennes en France, cette association est essentiellement composée de femme brésilienne. Elle a comme but de gérer des rencontres entre les participantes pour les aider dans la compréhension de la culture française. Nous avons aussi d'autres associations mais cette fois-ci spécialisées dans la culture populaire brésilienne : OCHOSSI, dont le créateur est Pedro Rosa, qui travaille très dur pour la valorisation des artistes brésiliens, mais aussi pour donner une alternative dans la proposition de la culture brésilienne.

Quand j'avais un peu de temps, j'allais participer aux activités proposées par ces associations. Je trouve qu'elles contribuent à leurs façons pour la divulgation de la culture brésilienne en France. 

C'est donc avec ce petit Brésil installé à Rennes, que j'ai vécu ces trois années. Néanmoins, j'ai eu aussi une grande surprise dans la découverte de la culture celtique. J'ai notamment pris conscience que la France ne se résume pas seulement à la baquette, parfum, fromage et au vin. Qu'il existe sur ce territoire, une grande diversité régionale méconnue de certains touristes.

ferreira-sigobine-vaneza.jpgLe centre historique de Rennes reste une grande découverte pour tout ceux qui ne connaissent pas la diversité de la France. Pour ma part, je suis restée incroyablement en admiration dans ce centre historique de la ville. J'ai trouvé si beau les petites ruelles typiques faites de pavés et les maisons à colombages de l’époque médiévale. 

Par ailleurs, je me suis familiarisée avec les danses bretonnes : dans notre université, les associations étudiantes proposaient parfois des soirées dédiées à la culture bretonne. Le Fest-noz (fête de la nuit) est devenu pour nous un lieu de rassemblement, mais aussi de fusion entre les différentes nationalités présentes dans notre université. Nous avons également appris quelques mots en breton tels que : kenavo (au revoir), mat-tre (bien), yecʼhed mat (à ta santé). Nous avons adopté le cidre comme boisson de toutes les rencontres. Les crêpes sont devenues les plats favori de certain, même si les pâtes n'ont pas perdu leur préférence… Mais dès que l'on pouvait, nous essayons au gré des opportunités, de goûter aux plats traditionnels bretons.

tesc-de-manaus-rennes.jpg

 Cette expérience pour moi a été très riche, tant dans l'enseignement mais aussi dans la connaissance en profondeur sur d'autres cultures. Je me sens cependant très privilégiée d’avoir pu faire mes études en Bretagne. La ville a une ambiance tellement joyeuse que même le froid ne peut nous abattre. Je conseille à tous ceux qui n'ont pas encore eu la chance de connaître la Bretagne d'aller faire une visite. Vous allez certainement vous extasier par la découverte d'une nouvelle  région, découvrir cette culture « Celte », et vivre une expérience humaine génial.

Ferreira Sigobine Vaneza pour le journal francophone hebdo brasil-infos

Textes et photos: Ferreira Sigobine Vaneza, droits réservés (Copyright).