First

Wesley Sathler à la "une" !

wesley1.jpeg

Wesley SATHLER


Le journal francophone brasil-infos.com est allé à la rencontre de Wesley Sathler. Lequel nous a reçu dans le cadre de l’Alliance Française d’une forme très ouverte pour cet entretien en 11 questions. Il nous a aussi permis de découvrir en lui une facette philosophique et de réflexion totalement méconnue du public.
 

Brasil-infos: Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir journaliste – Pourquoi ? – Comment ?
 
1 - Wesley: J'ai, depuis toujours rêvé d’explorer le monde et prévu de voyager dès que j’arriverais à ma majorité. Je pense que c'est une vision commune de ceux qui vivent dans l'île, une envie de découvrir ce qui existe ailleurs. Comme profession, je pensais être un artiste, vous savez, ce métier “d’acteur“, mais a cette époque cette option professionnelle a été tellement discriminée... J'ai donc fini par me diriger vers ce qui me semblait être le plus proche de ma vocation initiale. le journalisme. 

Je me suis inscrit tout d’abord au bac mais aussi sans espoir, admis dans le cours de journalisme à Universidade Federal do Espírito Santo - UFES. J’ai été très heureux, ma mère aussi bien sûr, car elle était très fière de son fils. Ce qui m’a empêché en quelque sorte de participer au séjour que je comptais réaliser. Ma mère a insisté pour que je reste jusqu’à l'obtention de mon  diplôme à l'Université alors que peu à cette époque avaient la chance d’avoir cette opportunité.

J'ai donc suivi scrupuleusement son conseil, lequel était pour le moins judicieux et très bon pour moi. Il m’a fallu beaucoup apprendre à l'université.  Ce programme chargé m'a retardé pour obtenir le diplôme parce que le voyage d'étude était lié à l'école, ma formation s'effectuait donc en pointillés entre les  voyages aux Etats-Unis, où j’ai eu également l'occasion d'étudier et d'apprendre beaucoup de choses. Finalement j’ai terminé le cours de journalisme pour enfin me lancer dans ce métier que j'aime.

Brasil-infos: Comment voyez-vous la profession ? – Et son avenir ?

2 - Wesley: Je pense que la presse a été lésée par l'abrogation du Gouvernement  au sujet de la loi qui exigeait d’obtenir le diplôme pour exercer la profession de journaliste. Cela a eu pour effet, de tirer tout crédit sur notre profession. Nous pouvons dire qu'aujourd'hui, toute personne qui possède les aptitudes nécéssaires pour rédiger, peut publier quelque chose dans ce genre dans tant de médias électroniques, lesquels sont accessibles à tous. Cela ne signifie pas pour autant que tout le monde est capable de le faire avec la maîtrise d'un vrai journaliste confirmé, formé depuis le collège et qui à mon sens restera toujours indispensable. C'est à la Faculté où j'ai appris toutes les techniques de communication nécessaires pour faire un reportage et le transformer en nouvelles, en mettant l'accent, sur l’essentiel, la qualité et le contenu. Mais face à cette réalité, il est devenu essentiel au journaliste professionnel de faire preuve au quotidien d’une grande créativité pour se différencier, et montrer chaque fois quelque chose de nouveau.

Brasil-infos: Quelle expérience tirez-vous de vos émissions à la télévision ?
 
3 - Wesley: La télévision m'a appris beaucoup de choses. Je travail dans ce domaine depuis 20 ans. J’ai parcouru plus de 50 pays à faire des reportages. J’aime ce côté de pouvoir rencontrer, d'interéagir, de divertir et de fasciner les gens.

Brasil-infos: L’écriture, les voyages, un côté méconnu, Pourquoi ?

4 - Wesley: J'ai toujours aimé voyager mais aussi écrire. J’ai déjà rédigé quatre livres. “ 10 anos de Televisão“, “Quase um Horóscopo“, “É Chic” et plus tard, le plus récent, “Cadeira de Rodas & Romances Ingleses”.
Le premier traite de mes réalisations sur la période durant laquelle, j'ai travaillé en qualité de chroniqueur pour la télévision de l'Espírito Santo. Le second j’ai cherché à reunir les lignes de pensée des principaux liders mondiaux qui changèrent le cours de l’histoire. Le troisième est un Manuel de comportements dans lequel je fais le contrepoint entre le politiquement correct et le pire en terme d’attitude, mais ceci, sous une forme humoristique. Le plus récent est basé sur des faits authentiques d’une partie de mon histoire, extraite de ma propre expérience de vie, qui est presqu’une biographie durant la période ou je résidais aux Etats Unis. Ce livre raconte la coexistence entre deux personnes opposées et incite de toute évidence à une profonde réflexion.

Brasil-infos: La TV – La culture – Le côté people – Lequel des trois préférez-vous ?

5 - Wesley:  Je pense que la culture et le côté people ont une relation très étroite. Mais ce qui m’attire dans mon travail est de pouvoirs non seulement informer, mais entretenir et émotionner les personnes. Je trouve que la télévision en général peut aller beaucoup plus loin si elle travaille avec l’émotion. Il est certain que les personnes on besoin d’information, mais elles sont aussi fatiguées du volume des informations et de flash. J’ai le sentiment qu’il est possible de faire des programmes de qualité pour l’information, mais qu’ils soient capables aussi de mélanger avec l’émotion des gens.

Brasil-infos: Qu’est-ce qui vous passionne encore dans la vie ?

6 - Wesley: Voyager J'aime découvrir des endroits différents, aller à la rencontre des gens et les cultures.

Brasil-infos: Vous aimez le Brésil. Que pensez-vous qu’il manque encore dans le pays ?

7 - Wesley:   J'aime le Brésil ! Mais comme tout bon brésilien, je comprends que nous souffrions encore de la question morale. Le Brésil a besoin de plus de réformes en matière de sécurité sanitaire social et de l'impôt. Je pense qu'il est nécessaire avant tout d'améliorer l'éducation, je ne fais nullement référence cependant à l'enseignement donné dans les écoles secondaires, supérieures ou n’importe quel autre établissement, mais il est avéré que l'enseignement de la morale et des coutumes se perdent, sans distinction de classe sociale.
 
Brasil-infos: La télévision vous fait-elle encore rêver ?

8 - Wesley:  La télévision a joué un rôle important dans ce pays avec une contribution importante surtout dans l'alignement de la langue portugaise de même que par la présentation des différentes coutumes régionales, à une époque où il n'y avait pas de chemins de fer ni autres moyens de transport pour se rendre d'un point à un autre. La télévision a atteint beaucoup de gens, mais perdait peu à peu de sa majesté. La première était la télécommande qui a donné au spectateur le pouvoir de changer le canal et donc être plus sélectif. Mais aujourd'hui, son principal concurrent est l'Internet, qui a supprimé la magie et la fascination qu'elle exerçait alors sur les gens avec son écran.
Les autres médias de masse contribuent également à la dispersion de son auditoire. Je pense donc qu'il est temps aujourd’hui de repenser la télévision de demain. Elle a besoin de fusionner avec l'Internet plus interactif, ou trouver son propre chemin. Je pense qu'elle pourrait commencer par sauver la culture, mais aussi explorer d'autres sujets. Elle se doit d'être moins axée sur le sensationnel et l’immoralité.

Brasil-infos: Quels sont vos projets ?

9 - Wesley:  Mon projet est de faire que mon dernier livre, Cadeira de Rodas & Romances Ingleses, traverse les frontières et voyage de la même manière que j’ai moi-même parcouru le monde, maintenant, je veux mon livre voyage. Je veux qu'il soit traduit et distribué à d'autres pays. J'ai récemment reçu une proposition pour une station de télévision pour faire un nouveau programme et avons également un projet pour la télévision, j'ai l'intention d'amener les réseaux en Angola et au Mozambique. Ce programme à pour objectif de présenter une ville à travers le point de vue d'une personne, qu'elle soit artiste, politique, professionnelle, etc. Ou qui ait fait quelque chose de pertinent et de transformation dans leur communauté.

Brasil-infos: Quel message adresseriez-vous aux français ?

10 - Wesley:  Je dirais que les Français ne doivent pas seulement visiter, mais aussi investir dans l'Espirito Santo, comme les Portugais l’ont fait avec la région Nordeste. Je pense que ce serait un excellent échange qui valoriserait une identité. Il me semble qu'il existe déjà un grand intérêt dans la réciprocité, la proximité entre les Français et l'Espirito Santo. Ceci me parait tout à fait intéressant.

Brasil-infos: Quel conseil leur donneriez-vous sur le Brésil et sur les brésiliens ?

11 - Wesley:   Je dirais que le Capixaba est généralement accueillant. Derrière la crainte existe aussi beaucoup de curiosité. Je lui conseille de comprendre que le pays est multiforme et pluriel. Il ne devrait pas avoir une vue unique et trouver que le Brésil est un romantique. Il est préférable de planifier, de naviguer et de savoir où aller, prévoir chaque étape avant de partir. Ne rien laisser au hasard et penser à toutes les éventualités. Pour cela, il est vital avant toute chose de comprendre et de faire une étude préliminaire sur des réalités différentes qu'il peut rencontrer ici, c'est à dire, il doit  s’informer avec soin selon ses propres objectifs.

Alors, que les français viennent. Nous sommes tous les bras ouverts pour les recevoir chaleureusement.

Brasil-infos: Merci beaucoup Wesley pour nous avoir accordé cet entretien.
 
 

 
Propos recueillis par François-Mary Bourreau - journal francophone hebdo www.brasil-infos.com

super-capa.jpg

Ce livre le plus récent, raconte la coexistence entre deux personnes opposées et incite de toute évidence à une profonde réflexion.

wesley2.jpeg

Wesley lors de la dédicace de son dernier livre

wesley4.jpeg

Parcours
Sathler Wesley a débuté sa carrière en tant que journaliste dans le programme Espírito Santo dans les colonnes sociales à Vitória TV (Rede Record), où il est resté pendant 10 ans...
 
En 2004, la Société a lancé une colonne dans le journal A Gazeta et participé à des manifestations en mettant l'accent sur la société Capixaba, "Inverno Vip e o Verão Vip".
 
Il a présenté le tableau “A patroa é um avião”, le programme TV Network Superpop à côté de la présentatrice Luciana Gimenez, un programme qui lui a valu la projection nationale et connu du grand public.
 
Il a également animé son propre programme    d'entretiens UOL intitulé  "Sala Brasil”.
 
Tous les 10 ans Wesley cherche a reviser ses projets. Pour lui, c’est le temps nécessaire qu’il s’accorde pour se renouveler, élaborer, mettre en œuvre et donner des résultats.
 
Après chaque période décennale il éprouve ce besoin créatif de se réinventer pour ne pas perdre cette faculté de séduction qui lui est propre, pour surprendre sans cesse et gagner les grâces du public.
 
wesley6.jpg
Wesley lors d'un voyage.
 
wesley-8.jpg